Patrimoine industriel : bibliographie...


En cours de réalisation : cette page attend vos contributions.

En attendant une recherche par base de données,

nous vous proposons en tête de rubrique le nom de l'ouvrage un lien pour trouver rapidement la notice

certains liens permettent d'afficher une présentation plus détaillée (notes de lecture de l'AIF)

L'Encyclopédie de Diderot-d'Alembert

Sainte Barbe, légende et traditions

LA MÉTALLURGIE DE LA HAUTE-MARNE, du Moyen Âge au XXe siècle

1860-1960, Cent ans de patrimoine industriel dans les Hauts-de-Seine

Patrimoine industriel, cinquante sites en France,

Des fers de Loire à l'acier Martin

Chronique d'un mineur de potasse.

Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1550-2000,

Mineur de Montceau-les-Mines

Radiographie minière, Charbonnages de France, Midi, Nord, Lorraine.

L'industriel, l'architecte et le phalanstère, invention et usages de la cité d'entreprise d'Ugine

ÉCRITURES DU CHEMIN DE FER François Moureau et Marie-Noëlle Polino (Dir.),

LA BIÈRE EN ARDENNES ET EN CHAMPAGNE

ARCHITECTURES TRANSFORMÉES, Réhabilitations et reconversions à Paris

PALÉOMÉTALLURGIE DU FER ET CULTURES, symposium international du comité pour la sidérurgie ancienne.

PAYSAGE INDUSTRIEL A VIENNE d'usines en usines.

KATEDRALEN DER ARBEIT, Wolfgang Ebert,

LUCES Y SOMBRAS DE UN SIGLO Javier Rodriguez,

REICHEN ET ROBERT, monographie d'architecture

DE L'ESPACE AU TERRITOIRE, L'aménagement de la France ? XVIe-XXe siècles

LE DIJONVAL ET LA DRAPERIE SEDANAISE

1-LA CAROLA ; 2-HORNOS ALTOS ; 1Y2-(Altos Hornos de Vizcaya) ; 3-BOMBEADORA DE ELORRIETA

VILLENEUVETTE 1674 -1954 La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc

LE FONDS D'ARCHIVES SEGUIN Aux origines de la révolution industrielle en France, 1790-1860
 
MARSEILLE, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle

LES FONDERIES, FORGES ET ACIÉRIES DE SAINT-ÉTIENNE (1865-1914)

LA FRANCE N'EST-ELLE PAS DOUÉE POUR L'INDUSTRIE ?

MARBRES ET MARBRERIES DU JURA

PATRIMOINE ET HISTOIRE Jean-Yves Andrieux,

PATRIMOINE ET SOCIÉTÉ Jean-Yves Andrieux (dir),


L'Encyclopédie de Diderot-d'Alembert est disponible sous forme de cédérom PC et Mac. On profite de la recherche plein texte, des planches et des nombreuses facilités qu'offre l'informatique (rappelons que les créateurs de l'Encyclopédie ont "inventé" l'hypertexte, c'est-à-dire les renvois en fin d'article qui permettent une lecture enrichie.

Editeur : Redon, 26 740 Marsanne (disponible dans les librairies et les magasins multimedia). L'éditeur s'est fait la spécialité de porter en cédérom tous les dictionnaires anciens.

Attention, le coffret n'est pas multiplateforme et il faut bien choisir son système d'exploitation. (www.dictionnaires-france.com)


Sainte Barbe, légende et traditions
Françoise Baligand et Catherine Carpentier-Bogaert, collection «Mémoire de Gaillette» n°3,
Centre historique minier de Lewarde, 1997, 166 p.

Retour haut de page


LA MÉTALLURGIE DE LA HAUTE-MARNE, du Moyen Âge au XXe siècle
Cahier du Patrimoine n° 48
21x27cm, 312 p., 294 ill. noir et blanc et couleurs 290 f

Retour haut de page


1860-1960, Cent ans de patrimoine industriel dans les Hauts-de-Seine
Collection Images du patrimoine, n°163, 1997, 104 p, ill. en cou., cartes, 110 F


Patrimoine industriel, cinquante sites en France,
Jean-François Belhoste et Paul Smith (dir.),
Image du patrimoine n°167, éditions du patrimoine, 1997, 128 pages.


Des fers de Loire à l'acier Martin
Annie Laurant, Fonderies et aciéries, Éd. Royer, Paris, 1997, 278 p., 65 ill. (coll. Saga sciences)


Chronique d'un mineur de potasse.
Henri Keller, L'Harmattan, 1997. (réédition)
Première édition, Gallimard, 1976, collection «La France sauvage», préface de Simone de Beauvoir, 110 p.

Né à Mulhouse en 1932, Henri Keller a commencé sa carrière dans les années cinquante, comme mineur dans une mine de potasse d'Alsace. Plus tard, ayant mis au point une importante innovation technique, il obtiendra la reconnaissance de ses supérieurs et le titre d'ingénieur. Devenu responsable d'exploitation dans diverses mines de France et d'Afrique, il décide d'écrire «son histoire de jeunesse» à la suite de la mort tragique dÌun camarade mineur. Le manuscrit, envoyé à Sartre, dont il avait lu l'essai Qu'est-ce que la littérature ? est finalement publié en 1976, avec une préface de Simone de Beauvoir. Le témoignage d'Henri Keller porte essentiellement sur la première période de sa vie professionnelle, c'est à dire son apprentissage du métier de mineur. Il nous entraîne au fond, à 800 mètres sous terre, là où tout n'est que fatigue, peur, révolte. Dureté inimaginable du travail, souffrance permanente, mesurable en litres de sueur transpirée, en soif inextinguible, en écorchures avivées par la potasse qui agit comme un acide sur la peau. Il décrit l'épuisante obscurité, la brutalité des hommes. La capacité «à tenir le coup» vient malgré tout de la chaleur de certaines relations, des entraides, du partage des émotions, des révoltes et des solidarités multiples. Les descriptions des techniques de travail sont précises, mais parfois difficiles à suivre dans leur complexité.
Cette réédition, par L'Harmattan, du témoignage d'Henri Keller, est précieuse d'autant que la fin de l'exploitation de cette mine est programmée pour 2004.
Geneviève Dufresne

Retour haut de page


Vie et mort des bassins industriels en Europe, 1550-2000,
René Leboutte, L'Harmattan, 1997, 591 p.
Docteur en histoire de l'université de Liège et professeur à l'Institut universitaire européen de Florence, René Leboutte, spécialiste d'histoire économique et sociale, tente, dans ce gros ouvrage de presque 600 pages, de construire une étude comparée des bassins industriels en Europe, sur trois siècles et demi. Entreprise très ambitieuse, née de discussions maintes fois reprises avec le professeur Etienne Hélin et qui, nous dit l'auteur, aurait été difficile de mener à son terme, sans l'environnement exceptionnel de l'Institut de Florence, lieu d'échanges multiples avec d'autres spécialistes d'histoire industrielle. Qu'est-ce qu'un bassin industriel ? Comment s'est-il formé ? Quelles sont ses caractéristiques ? Pourquoi de nos jours est-il condamné?
Quatre parties : le diktat du charbon, l'âge de l'acier, une société nouvelle, globalisation et reconversion. Tous les grands bassins industriels européens et leur évolution sont analysés, Haute-Silésie et Ukraine comprises. En ce qui concerne les exemples français, les bassins du Nord/Pas-de-Calais, du Valenciennois, de Lorraine, et de Saint-Etienne sont tour à tour abordés dans les différentes parties de l'ouvrage. Il s'agit là, au moment où les plans de reconversion se révèlent particulièrement difficiles et souvent décevants, d'une tentative de synthèse ambitieuse, mais très accessible, riche en informations, qui éclaire de manière significative les principales étapes de l'évolution des grandes régions industrielles de l'Europe.
G.D.

Retour haut de page

Mineur de Montceau-les-Mines
Mémoires, présentées et annotées par Robert Chantin, L'Harmattan, col.
Mémoires du XXe siècle, 1997, 266 p.

Né en 1917, à Saint-Vallier, près de Montceau-les-Mines, Camille Vallot, fils de mineur et de militant, lui-même mineur dès l'âge de 14 ans, retrace dans ce livre écrit dans les années 1970, une «histoire de vie» hors du commun. Figure majeure de la Résistance communiste du bassin minier, Camille Vallot, après trente ans de militantisme syndical et politique, est pourtant exclu du PCF. en 1963, à la suite d'un désaccord avec les responsables de la CGT des mineurs. La valeur du témoignage tient plus au parcours syndical et politique de l'auteur et au regard qu'il porte sur son époque, qu'à ses descriptions du travail dans la mine. A travers ce récit, resurgissent le monde des mineurs, les combats des années trente, la Résistance, la Déportation, la bataille de la production de l'après guerre et les luttes anticoloniales.
La présentation et les annotations de Robert Chantin, agrégé d'histoire, aident à l'intelligibilité de cette période et contribuent, de façon pertinente, à préciser le regard qu'un militant communiste portait alors sur ses engagements.
G.D. 

Retour haut de page


Radiographie minière, Charbonnages de France, Midi, Nord, Lorraine.
Robert Coeuillet, L'Harmattan, 1997, 550 p.

Ingénieur des Mines, Robert Coeuillet a, pendant plus de quarante ans, occupé diverses fonctions techniques ou de gestion dans plusieurs bassins houillers ainsi qu'aux services centraux des Charbonnages de France. A la fin de sa carrière , en 1981, il dirigeait le bassin de Lorraine. Ainsi, durant toutes ces années, il a pu suivre de l'intérieur, l'histoire mouvementée et la longue agonie de ces régions minières.
Exsangues au lendemain de la seconde guerre mondiale, les houillères françaises, nouvellement nationalisées, se sont lancé dans une bataille de la production à laquelle les ouvriers ont adhéré massivement dans un premier temps. Mais très vite, l'apparition d'un déficit structurel aggravé par la politique de blocage des prix de vente, l'accroissement des importations de charbon, l'invasion des produits pétroliers et du gaz naturel, puis le développement du nucléaire ont amorcé le déclin. Histoire heurtée, jalonnée d'affrontements et de conflits, endeuillée d'accidents dramatiques, cette «radiographie minière» est un témoignage précieux, très vivant, véritable bilan d'une vie professionnelle riche d'expériences techniques, économiques et humaines.
G.D.

Retour haut de page

L'industriel, l'architecte et le phalanstère, invention et usages de la cité d'entreprise d'Ugine
Ola Söderström, L'Harmattan, 1997, 191 p.

Docteur ès-lettres (université de Lausanne) et directeur de la fondation Braillard Architectes à Genève, Ola Söderström a publié plusieurs études concernant le patrimoine. Dans cet ouvrage l'auteur et ses collaborateurs (Elena Cogato Lanza, Paul Marti, Suzanne Oguey) traitent du cas de la ville d'Ugine en Savoie, dont l'espace urbain et social a été, à partir de 1904, profondément bouleversé par l'implantation des aciéries électriques, considérées à l'époque comme les plus puissantes du monde. Afin de fixer la main d'uvre à proximité du site de production, le créateur de l'établissement, l'industriel Paul Girod, inventeur du procédé électrométallurgique de fabrication d'alliages rares et son architecte Maurice Braillard ont conçu un urbanisme d'entreprise distribuant, de façon raisonnée, les différentes catégories d'employés dans le territoire de la commune. A travers cet exemple, les auteurs explorent les filiations qui relient le discours théorique (celui de la réforme sociale en particulier) à des formes architecturales spécifiques dont certaines appartiennent au «lignage phalanstérien» et montrent également comment, à différentes époques, les usagers ont composé avec les espaces ainsi créés. S'appuyant sur les archives de l'entreprise, les archives Maurice Braillard, le fonds Girod et des enquêtes orales, cet ouvrage présente un nouvel exemple d'urbanisme patronal structuré. Il est malheureusement à déplorer que les illustrations, pourtant nombreuses et bien choisies, soient si médiocrement reproduites.
G.D.

Retour haut de page

ÉCRITURES DU CHEMIN DE FER François Moureau et Marie-Noëlle Polino (Dir.), Klincksieck, 1997, 160 p.

Il s'agit des actes de la Journée scientifique organisée en Sorbonne le 11 mai 1996 par l'Association pour l'histoire des chemins de fer (AHICF) et le Groupe de recherche sur la littérature des voyages (GRLV). A côté d'articles sur la place du chemin de fer chez des écrivains tels que Proust, Zola ou Jules Verne, des études telles que les guides de chemin de fer en France et en Grande-Bretagne et un inventaire des cheminots écrivains, intéressent directement le chercheur en patrimoine.
G.D.F.

Retour haut de page

LA BIÈRE EN ARDENNES ET EN CHAMPAGNE
Philippe Voluer, Editions Terres Ardennaises, 1997, 240 p., richement illustré en quadrichromie.
Philippe Voluer, conservateur du musée de la Bière à Stenay est tout à son affaire dans cet ouvrage d'une iconographie remarquable. Il évoque l'histoire de la bière des origines à nos jours et ses techniques de fabrication dans l'espace précis de la Champagne-Ardenne. L'âge d'or se situe vers le début du XXe siècle, entre 1890 et 1914. Il dresse la liste des communes brassicoles en Champagne-Ardenne depuis 1890 et termine par un inventaire, sous forme de circuit, des anciennes brasseries qui subsistent mais avec d'autres affectations. Au total un ouvrage riche et plaisant, qui couvre tous les domaines techniques, sociaux et patrimoniaux de l'industrie de la bière et invite à de futures recherches, plus pointues.
G.D.F.

Retour haut de page

ARCHITECTURES TRANSFORMÉES, Réhabilitations et reconversions à Paris
ouvrage publié à l'occasion de l'exposition «Architectures transformées» d'octobre-décembre 1997, éditions du Pavillon de l'Arsenal, 1997,136 p.
De nombreux cas de réhabilitations sont évoqués à la suite d' une présentation générale due à Philippe Simon. Tout ne concerne pas le patrimoine industriel, et les exemples relèvent autant de la restauration que des formes multiples de la réhabilitation à d'autres fins. Au bout du compte, le nombre et la variété des cas de figure évoqués (anciens ateliers, gares, anciennes usines, magasins, etc.) fournit une excellente base à une réflexion sur le devenir du patrimoine et en particulier du patrimoine industriel.
G.D.F.

Retour haut de page

PALÉOMÉTALLURGIE DU FER ET CULTURES, symposium international du comité pour la sidérurgie ancienne.
Textes publiés par Paul Benoit et Philippe Fluzin, éditions Vulcain, 1995, 540 p.

Ce sont les actes, publiés tardivement, du symposium international qui s'est tenu à Belfort en 1990. Le nombre des contributions, une partie importante étant consacrée aux sites, les références à l'histoire métallurgique dans les divers continents, font de cette référence une somme remarquable. Signalons, dans le même domaine, les Actas de las I Jornadas sobre mineria y tecnologia en la edad media peninsular, actes du colloque de 1995, publié en 1996 par la Fundacion Hullera Vasco-Leonesa, concernant les mines et les techniques minières dans la péninsule ibérique au Moyen-Âge. Sont étudiées les ressources minières, métalliques ou autres, les techniques et procédés de transformation, etc.
G.D.F.

Retour haut de page

PAYSAGE INDUSTRIEL A VIENNE d'usines en usines.
Catalogue de l'exposition présentée au cloître de Saint-André-le-Bas, juillet 1997 - janvier 1998, musées de Vienne, 64 p.

Il faut saluer l'initiative des musées de Vienne, à la fois pour le sujet de l'exposition, et pour l'édition d'un remarquable catalogue qui sera utile à tous ceux qui n'auront pas eu la chance d'aller à Vienne (Isère). Après une présentation générale de l'exposition par son commissaire, Nicolas Pierrot retrace la carrière et l'uvre de Louis-Etienne Watelet (1780-1866), auteur d'un (petit) tableau récemment acquis par les musées de Vienne, Vue des fabriques de draps de la ville de Vienne (0,96 x 1,28 m, daté de 1837) qui a naturellement servi d'illustration à l'affiche et à la couverture du catalogue. Outre cette peinture à l'huile, l'exposition comprenait une quarantaine d'uvres relatives au paysage de l'industrie à Vienne (huiles, dessins à la mine de plomb, gravures, cartes postales ou en-têtes de papier à lettres), regroupées thématiquement (la vallée de la Gère et ses usines, les forges des Frèrejean à Pont-Evêque, tuileries, fours à chaux et verreries) qui font toutes l'objet de notices détaillées. On ne peut donc qu'encourager d'autres musées de province à explorer leurs réserves pour nous offrir ainsi de pareilles excursions imaginaires d'archéologie industrielle.
Serge Chassagne

Retour haut de page


KATEDRALEN DER ARBEIT, Wolfgang Ebert, éditions Wasmuth, 1996, 176 p.

Superbe ouvrage de photographies en couleur, dues à Achim Bednorz, et au texte dû à Wolfgang Ebert, il se compose de deux parties. D'abord une réflexion théorique sur le paysage industriel, sa signification, sa fonction économique éventuelle et son devenir, puis une superbe présentation du patrimoine industriel allemand, avec peut-être une prédominance de la région de la Ruhr que l'auteur connait bien puisqu'il est le responsable de l'ensemble industriel des hauts-fourneaux de Duisbourg. Chaque vue est commentée par l'auteur. Tous les textes sont bilingues, allemand-anglais.
G.D.F.

Retour haut de page


LUCES Y SOMBRAS DE UN SIGLO Javier Rodriguez, Bilbao, 1995, 72 p.

Pour ceux qui s'intéressent à la typologie du paysage industriel métallurgique et minier, ce superbe album de photographies noir et blanc vient à point nommé. L'auteur a souhaité rendre compte du patrimoine d'une industrie qui disparaît à une vitesse vertigineuse après la fermeture des hauts fourneaux de Vizcaya. C'est à la fois un reportage glacé sur ce qui existe encore et la volonté de donner aux basques des images identitaires. C'est encore une volonté d'identification qui sous-tend l'uvre peinte d'Inaki Bilbao, et ses «Paysages industriels» exposés à Bilbao en 1996, dont le catalogue a été édité pour la circonstance.
G.D.F.

Retour haut de page

REICHEN ET ROBERT, monographie d'architecture
Alain Pélissier, Le Moniteur, 1993, 120 p.

Ouvrage déjà ancien, mais toujours d'actualité sur l'uvre des architectes qui ont réhabilité, entre autres, les anciennes usines Le Blan à Lille, Blin et Blin à Elbeuf et Menier à Noisiel. Les choix des architectes sont présentés et commentés. C'est une référence incontournable.
G.D.F.

Retour haut de page

DE L'ESPACE AU TERRITOIRE, L'aménagement de la France ? XVIe-XXe siècles
Marc Desportes et Antoine Picon, Presses de l'Ecole nationale des ponts et chaussées,1997, 224 p.
Cet ouvrage, superbement illustré, édité à l'occasion du 250e anniversaire de l'École des ponts et chaussées, fournit un cadre de réflexion à qui s'intéresse au patrimoine en général, puisque les auteurs, suivant leur thématique, abordent aussi bien l'espace, les communications qui permettent de le franchir ou de le quadriller, ses ressources et les sources d'énergie qui permettent de le mettre en valeur, l'implication de l'économie dans son évolution récente et son devenir.
G.D.F.

Retour haut de page

LE DIJONVAL ET LA DRAPERIE SEDANAISE
Col. «Itinéraires du patrimoine», n° 150, 1997, textes de Patrice Bertrand.
Nous citons le texte de présentation de ce petit guide de visite de la ville de Sedan, très complet et très utile : «Lors de la création, en 1646, de la manufacture royale du Dijonval, Sedan, nouvellement rattachée à la France, devint le premier centre de fabrication de draps fins «façon de Hollande». A l'expiration du privilège royal, d'autre manufactures apparurent à Sedan, Elbeuf et Louviers. A l'exception du Dijonval, ces usines, intégrées dans la ville sont devenues des immeubles d'habitation au moment du déclin de la draperie fine. Apprendre à les reconnaître et en comprendre le fonctionnement sont les buts de cet itinéraire.»
G.D.F.

Retour haut de page

1-LA CAROLA ;
2-HORNOS ALTOS ;
1Y2-(Altos Hornos de Vizcaya) ;
3-BOMBEADORA DE ELORRIETA

Il s'agit d'une collection de fascicules de 12 à 16 pages, grand format, sur le patrimoine industriel basque, édité par le Département de Culture de la Députation de Bizkaia en 1995 et 1996. Le premier porte sur une grue électrique appelée familièrement «La Farola», le second sur les hauts fourneaux de Vizcaya, le troisième sur la station de pompage qui alimentait Bilbao au siècle dernier. Ce sont des monographies soigneusement illustrées, dont le texte en basque et espagnol est accompagné d'une traduction en anglais.
G.D.F.

Retour haut de page

VILLENEUVETTE 1674 -1954 La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc
Suzanne Diffre, Ed. Bibliothèque 42, Gignac (34150) 1997, 320 p. Ill. en couleurs.

Issue d'un famille de manufacturiers de draps bédariciens, Suzanne Diffre publie sous ce titre le mémoire - remanié - qu'elle avait présenté en 1986 à l'École du Louvre. La manufacture de Villeneuvette n'avait pas encore fait l'objet d'une publication aussi complète. En trois grandes parties, l'auteur dresse un panorama de cet ensemble unique : l'histoire et ses constructions de 1673 à 1883 ; les techniques lainières ; les hommes. Le plan est classique, mais du moins permet-il, enfin, de comprendre ce site exceptionnel tant par la longévité de son activité industrielle - celle-ci ne cesse qu'en 1954 - que par sa qualité patrimoniale.
Puisse cet ouvrage attirer l'attention sur la déshérence de l'un des lieux les plus fortement évocateurs d'une manufacture royale d'Ancien Régime, où se cotoient dans un même enclos lieux de vie et lieux de travail : le site ne bénéficie d'aucune protection au titre des Monuments historiques !
B.A. 

Retour haut de page

LE FONDS D'ARCHIVES SEGUIN Aux origines de la révolution industrielle en France, 1790-1860
Michel Cotte, édité par le service d'archives départementales de l'Ardèche (place André-Malraux 07000 Privas), 1997, 192 p. 159 f; port inclus.

Une publication qui devrait être présente dans tous les centres de documentation des lycées de France et de Navarre !
Comment écrit-on l'histoire, et plus précisemment celle de l'industrie et des techniques ? Michel Cotte y répond admirablement. Nous connaissons de l'auteur sa thèse soutenue à l'EHESS en 1995, «Innovation et transfert de technologies, le cas des entreprises de Marc Seguin», dont la publication est attendue. L'ouvrage qu'il signe ici n'a rien d'un austère inventaire de fonds d'archives, et, pour tout dire, il est inclassable dans un quelconque genre. Il combine la présentation du fonds, absolument exceptionnel, (les papiers privés des entreprises fondées par les cinq frères Seguin, d'Annonay, entre 1806 et 1840), et des chapitres consacrés aux réalisations industrielles de cette entreprenante famille : le premier grand pont suspendu par cable, les bateaux à vapeur et la chaudière tubulaire, la construction du chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon, la traction locomotive etc. L'ouvrage est bien écrit, accessible à un large public, notamment aux scolaires du second degré, et, bien au delà, à tous les publics intéressés par l'innovation. La reproduction des pièces manuscrites, notamment la correspondance de Marc Seguin avec ses frères, nous fait entrer de plain pied dans le quotidien d'une famille exceptionnelle de la première industrialisation.
Cette trop brêve note serait incomplète si l'on ne saluait pas l'éditeur, en l'occurence le service d'archives départementales de l'Ardèche pour la qualité de la mise en page et de la reproduction de centaines de documents. Gageons que la première édition sera vite épuisée, elle le mérite !
B.A.
 
MARSEILLE, ville des métaux et de la vapeur au XIXe siècle
Olivier Raveux, CNRS Éditions, 1998, 384 p.

La publication remaniée de la thèse d'Olivier Raveux qui tord le cou à l'idée que Marseille aurait raté son industrialisation au profit du seul négoce.Marseille fut, au contraire, durant la première industrialisation, dans les années 1830-1860, un foyer très actif de la métallurgie et de la construction mécanique. Mais pas de la classique métallurgie : plutôt celle des non-ferreux. Le déclin caractérisera seulement le dernier tiers du XIXe siècle.
B.A.

Retour haut de page

LES FONDERIES, FORGES ET ACIÉRIES DE SAINT-ÉTIENNE (1865-1914)
Autonomie et subjectivité techniques
Daniel Colson, Publications de l'université de Saint-Etienne, 1998, 290 p. 150 f.
L'histoire de la Compagnie fondée par Charles Barrouin en 1865 vue sous l'angle des mécanismes internes de gestion et du développement technique.

Retour haut de page

LA FRANCE N'EST-ELLE PAS DOUÉE POUR L'INDUSTRIE ?
Louis Bergeron et Patrice Bourdelais (dir.), Belin, col. Histoire et Société, 1998, 416 p.
Sur le temps long de l'industrie, de la fin du Moyen Âge à nos jours, une interrogation sur le bien-fondé du discours récurrent des faiblesses structurelles de l'industrie française. Une quinzaine d'auteurs répondent à la question à partir de points représentatifs regroupés autour de trois thèmes : dimensions industrielles de l'organisation du travail et du marché du XVIe siècle à la mi XVIIe siècle ; le rôle de l'Etat, une révaluation ; des formations pour l'industrie.
B.A.

Retour haut de page


MARBRES ET MARBRERIES DU JURA
Col Images du patrimoine, n°169, service régional de l'Inventaire de Franche-Comté,
64 p. 100 f.
Un an après avoir publié le n° 156 consacré aux Forges de Syam, le service de l'Inventaire de Franche-Comté nous emmène cette fois dans les carrières de marbre du Jura, chez les marbriers et enfin dans les églises et demeures où cette roche est employée. Le tout est cohérent.
Voyons dans cette publication l'un des résultats heureux du repérage - achevé - du patrimoine industriel dans le département du Jura...
B.A.

Retour haut de page


PATRIMOINE ET HISTOIRE Jean-Yves Andrieux, Belin, 1997, 284 p.
PATRIMOINE ET SOCIÉTÉ Jean-Yves Andrieux (dir), Presses universitaires de Rennes, 1998, 322 p.159 f.

Au travers de ces deux ouvrages sortis presque simultanément, l'auteur poursuit sa reflexion sur le rapport entretenu par le patrimoine avec le monde contemporain. Le premier est une réflexion personnelle, émaillée d'exemples ou plutôt de lieux-emblématiques dans nos représentations. Ainsi le troisième chapitre fondé sur l'abbaye du Thoronet.

Le second réunit les contributions du cours public donné par l'université de Rennes 2 en 1996 et 1997 par plus d'une vingtaine de conférenciers sur le thème du patrimoine : enjeu historique, lieu du débat social, territoire des identités.
Deux contributions importantes qui s'inscrivent dans la lignée des réflexions actuelles sur le sens du patrimoine dans la société contemporaine.
B.A.

Retour haut de page